Balade Contée, Chantée - Bailleul 2021

Une balade contée, "à nos risques et périls"

"Ce sera à vos risques et périls !". La phrase claque aussi sèchement que le tir d’Alec Baldwin dans la peau de la directrice de la photographie. En ce début d’après-midi, avec la troupe du Préau, nous répétons dans un chemin de Bailleul qui tout à l’heure accueillera la "balade contée, chantée et clownée" de Croquemitaine. Mais soudain, un convoi de quatre ou cinq véhicules brise le calme de la campagne et s’arrête à proximité. Des hommes et des chiens en sortent. Avec l’automne, les chasseurs sont de retour. L’un d’entre eux se dirige vers notre groupe, du pas décidé du parlementaire chargé de mener des pourparlers. De fait, nous sommes priés de dégager, parce que la battue va commencer. Même si notre balade est organisée sur un parcours public dans le cadre de la "semaine des sentiers" parrainée par la Région Wallonne et la commune d’Estaimpuis... Pourquoi donc les fusils auraient-ils le monopole de l’espace rural ? "A vos risques et périls !"

Heureusement, à 15 heures, alors que la cour du théâtre Croquemitaine sur la place de Bailleul s’est remplie d’une centaine de marcheurs-spectateurs, les tirs des chasseurs se sont éloignés. Le vent est un peu piquant mais le ciel est merveilleusement bleu.

Venue d’Angleterre, Milady nous donne le la avec son balai musical. Et c’est parti pour un trajet de cinq kilomètres au milieu des champs et des prairies, sans risque de prendre du plomb dans les fesses ! Le public est familial, et des jeunes mamans n’ont pas eu peur d’affronter les ornières avec la poussette...

Au fil du chemin, on croise des poètes un peu fous qui adressent leurs odes aux vaches,

une mademoiselle Perle fine qui pratique le dressage d’un chien empaillé, le petit Chaperon rouge et le loup qui se métamorphosent en d’autres personnages de contes, ou encore des vigiles peu sympathiques chargés de protéger les secrets des "parfums" de la campagne, etc.

Autant de saynètes costumées, sorties de l’imagination intarissable des ateliers de Croquemitaine. Hélas, au fil du chemin dominical, on croise, outre des chasseurs, des adeptes du moto-cross, producteurs de boucan et de gaz d’échappement. C’est eux qui méritent de prendre du plomb dans les fesses (et dans les pneus), car leurs pétarades sont interdites dans les sentiers ruraux et forestiers.

Mais, trêve de polémique ! Sous ce beau soleil, la balade a été une réussite : du monde, de la bonne humeur, de la convivialité. Et un verre de Satcheu, offert à tous les participants (adultes) pour trinquer à l’arrivée !