Théâtre Croquemitaine

Un théâtre alternatif

Accueil > ateliers > Atelier, la Troupe du Préau > Coup de gueule Covid19 - Chronique de Linda #1

Coup de gueule Covid19 - Chronique de Linda #1

mercredi 2 septembre 2020, par IT

« Faire du théâtre » avec la troupe du Préau c’était ( relativement ) simple avant le Covid 19.

On se rassemblait à Bernissart dans la petite salle de l’école des devoirs tous les 15 jours, le jeudi matin. On se saluait avec moult bises et embrassades , on se mettait autour de la table pour boire une jatte de café et causer. Parfois ça criait ou pleurait ou rigolait ou toussait...On se passait la boîte de biscuits qu’on trempait dans la tasse du voisin. Et puis échauffement, massage par deux, se mettre en cercle pour sortir des sons, faire des grands gestes, des mimiques, se rapprocher, s’éloigner, toucher une main, un visage...Et puis impro : seul, à deux, à dix. Se parler de loin, de près. Se coucher par terre, rire, tousser, larmoyer, gueuler...
Rideau ! Covid !
On fait comment maintenant ?
En attendant que... on se voit à l’extérieur tant qu’il fait beau avec distanciation physique et peut-être masqué si on doit rester à l’intérieur de la salle à Bailleul.
Ça va être commode de parler, de rire, de pleurer, de cracher ... sans postillonner en se demandant lequel est le malade asymptomatique du groupe ; sans voir les bouches se déformer pour rire, se fâcher, sourire, être triste...
Mais ça va daller ! Dès que le groupe se retrouve, l’énergie fuse et c’est sûr qu’ on va en rire de ce Covid, des masques inutiles parce qu’il n’y en avait pas et qu’il faut maintenant porter partout sauf dans son lit à condition de toujours coucher
avec le ou la partenaire de sa bulle ; des experts qui choisissent sans qu’on
comprenne pourquoi, le camp des catastrophistes ou des minimalistes ; des têtes livides de nos gouvernants masqués ou démasqués ...
Et on pleurera sur les vieux enfermés dans leurs homes et les jeunes dans
quelques mètres carrés ; et les travailleurs sans revenus ; et les sans-papiers à la rue ; et les sans-revenus sans restos du cœur...
Rira-t-on ou pleurera-t-on sur le changement de climat qui lentement ( ? ) mais sûrement se pointe et est en train de changer toute la donne ?