Théâtre Croquemitaine

Un théâtre alternatif

Accueil > spectacles > Théâtre de rue > Bailleul hier, et demain ?…

Bailleul hier, et demain ?…

Théâtre de rue... ou de sentiers !

mercredi 5 juillet 2017, par RZ

En 2017, la semaine des sentiers se tiendra du 9 au 15 octobre : à suivre !

Dimanche 16 octobre 2016, il faisait un temps magnifique. Dès le début de l’après midi, les promeneurs du dimanche se sont réunis dans la cour du Théâtre Croquemitaine, en famille, entre amis, des bébés, des enfants, des ados, des adultes de tous les âges... Avouons que nous fûmes les premiers surpris de l’affluence : près de soixante personnes !

Le départ était prévu à 15h, et il n’a pas été question de traîner : un importun sans scrupules, chauffeur en costume, équipé d’une oreillette, incarné par Julien Van Eeckhout (Fondation Rurale de Wallonie), a interrompu la présentation d’Elodie Delaunoy (Fondation Rurale de Wallonie) pour faire accélérer le mouvement !
Pas question de faire attendre une “Very Important Person” pour une poignée de retardataires !
Très vite, les promeneurs se sont mis en route, accompagnées de Rita Cobut, et de Mme Annie, bailleuloise intarissable sur le passé du village.

Sur les cinq kilomètres de sentier autour du village, une ingénieure hautaine (Isabelle Tesse) a réalisé des prélèvements, pris des mesures de terrain pour évaluer la faisabilité des projets pharaoniques de Madame Delabruyère (Roxane Zadvat), un personnage détestable, dont le groupe a vite compris les intentions malfaisantes et qui n’a pas manqué d’effrayer les enfants ! Son objectif : privatiser le calme reposant de Bailleul pour en tirer un maximum de profit… Complexe touristique de luxe, terrain de golf, héliport et aménagement d’un accès direct à l’autoroute, étude géologique pour évaluer le potentiel d’une exploitation minière, bref : la privatisation de l’ensemble du village.

La confrontation entre Mme Annie, toujours prompte à défendre le bien public, et Mme Delabruyère fut tumultueuse :
Nous ne vous laisserons pas gâcher l’avenir de Bailleul, soyez-en sûre, les bailleulois défendront leur village.
Madame, vos idées sont dépassés, et d’ailleurs, vu votre grand âge, vous êtes mal placée pour parler d’avenir. Si pour réaliser mes projets, il faut attendre que…
Que je sois morte ?
Vous m’ôtez les mots de la bouche. Vos craintes sont celles d’un dinosaure. Soyons sérieux, la modernité c’est l’avenir, c’est avec des projets comme les miens que nous pourrons offrir un futur valable à la jeunesse de Bailleul.

Cette fiction n’est pas si éloignée de la réalité. En effet, n’oublions pas que la sablière, un des plus beaux endroits de Bailleul, est dors et déjà privé. En temps normal, les promeneurs n’ont pas la possibilité de s’y rendre pour flâner ou observer les nombreux oiseaux qui y ont trouvé refuge. Toutefois, ne soyons pas trop ingrats : ce jour-là nous avions une autorisation exceptionnelle du propriétaire des lieux.

Aux abords de la sablière, et un peu plus loin, sur le pont du Pas-à-Wasmes, Pierre-Yves et Nicolas ont joué deux extraits du spectacle ABC Z’art et Narre. Ce spectacle comique, construit sur l’histoire du village à travers les siècles, a déjà connu un franc succès auprès du public de Bailleul. Les deux comédiens ont une nouvelle fois conquis le public !

Le groupe a eu une dernière occasion de s’offusquer du comportement de Mme Delabruyère devant la cité sociale, située au coeur du village. En consultant son avocat par téléphone, elle cherche un moyen de faire raser cette cité sociale, pour ne pas nuire au charme luxueux de son ambition pour le futur de Bailleul.

Portfolio